The Knowledge to Act
More

Library

Share This

Foreign Investment in Decline: An opportunity for more responsible and sustainable food systems

Publication Overview

Foreign Investment in Decline: An opportunity for more responsible and sustainable food systems

En francais ci-dessous

The United Nations Conference on Trade and Development predicted last month that COVID-19 would cause a 40% drop in foreign direct investment (FDI) in 2020. Developing regions will be the worst hit given their heavy reliance on extractive industries and global value chains, which have been impacted by the pandemic. In agriculture, the declines are predicted to be lower than for other sectors such as manufacturing. However, the post-COVID drop will come on the back of what has already been five years of decline in which FDI in agriculture fell by 28% compared with the previous five years. It also follows three years during which the number of people affected by hunger has increased each year. The World Food Programme predicts that 265 million people could be pushed to the brink of starvation by the end of 2020, up from 130 million before the pandemic.

Even before COVID-19 hit, agriculture and food systems were in desperate need of more and better private and public investment to create opportunities for growth and poverty reduction, help achieve food security and nutrition, create decent jobs, and to responsibly manage land, water, and other natural resources.

A dramatic drop in FDI could worsen the situation and lead to a race to the bottom as low- and middle-income countries compete for dwindling levels of FDI in agriculture. Such a race to the bottom could see recent progress to promote better land governance (through the Voluntary Guidelines on the Responsible Governance of Tenure) and more responsible agricultural investment (through the Committee on World Food Security’s Principles for Responsible Investment in Agriculture and Food Systems) evaporate. FDI quantity could be prized over quality, the rights of legitimate tenure rights holders weakened, gains in women’s empowerment lost, and social and environmental protections dismantled.

After five years of shrinking levels of FDI into developing countries, the forecast of a further 40% drop for 2020–2021 needs to be a wakeup call to rethink foreign investment-led development strategies, in agriculture as well as other sectors. It clearly signals the need to find more diverse, equitable, and innovative ways to bring much-needed investment into agriculture and food systems. Instead of competing cap in hand for a share of the shrinking pie of FDI, governments must now look to sources of investment in agriculture to help deliver on their sustainable development objectives.

Here are five key questions to help chart this new path:

  1. Beyond FDI, what are other ways to attract much-needed capital and innovation into agriculture and food systems? How can public investment, domestic private investment (including by smallholders investing in their own farms, small and medium-sized enterprises [SMEs], and other value chain actors), re-investment from existing foreign investors, including those from neighbouring countries, and overseas development assistance, be part of a strategy to bring crucial capital and responsible investment to rural areas?
  2. What types of business models yield more inclusive, equitable, and sustainable economic growth? How can policies work to unite different actors in the food system to drive transformational change? Governments should incentivize business models that deepen the integration of local, national, and regional actors and that help diversify production, distribution, and consumption systems to expand markets and opportunities.
  3. How can governments be more selective about the foreign investors they invite in? At a minimum, governments should ensure that they enhance and strengthen FDI screening measures. The COVID-19 landscape may have stretched government resources, but countries need to make sure that every investment contributes to the country's economic resilience and development objectives. Carrying out due diligence background checks on investors to make sure that they have the expertise and experience they claim to have—and requiring investors to submit robust business plans and feasibility studies—is key. Ensuring adequate safeguards are in place to ensure that foreign investors can be prevented from taking advantage of distressed assets that are critical to food security is another essential element of screening in the current paradigm.
  4. How can governments move beyond secretly negotiated deals with foreign investors? The fallout from the global “land grabbing” experience since the 2008/9 food price crisis has shown that poorly drafted contracts and secretive processes mostly result in failed projects, both from a commercial and social perspective. More than ever, contracts with investors should not be used to override the local laws on labour rights, the environment, land governance, and other key issues, but rather to fill the gaps when such protections are underdeveloped. When concluding these contracts, governments should “hold the pen” and use their own contract as the basis for the negotiations. Template contracts that are pre-vetted by local lawyers, and developed in a cross-government way, can help here.
  5. How can governments build tax and incentive regimes that bring in decent revenue and incentivize investments that contribute to national priorities, plans and strategies? Investment incentives should be provided for in the law, and not in the contract. Tax incentives, in particular, should be very carefully considered as they usually serve only to erode the revenue base—while investors push for them, they do not base their investment decisions on tax holidays and preferential tax rates.

Chasing diminishing amounts of FDI by lowering standards and maximizing tax incentives will not produce development benefits. New sources of investment that work toward the criteria of inclusive, equitable, and sustainable rural development are urgently needed in place of the strategies of 20 years ago. Now more than ever it is urgent to safeguard recent progress and continue to strengthen legal and policy frameworks for responsible, sustainable, and resilient investment in agriculture and food systems. 


Le déclin de l’investissement étranger : Une opportunité pour des systèmes alimentaires plus responsables et plus durables

La Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement a prédit le mois dernier que le COVID-19 provoquerait une diminution de l’investissement direct étranger (IDE) de 40 pour cent en 2020. Les régions en développement seront les plus sévèrement touchées compte tenu de leur forte dépendance des industries extractives et du fait que les chaînes de valeur mondiales ont été affectées par la pandémie. Dans l’agriculture, les reculs devraient être moins importants que dans d’autres secteurs tels que l’industrie manufacturière. Cependant, la diminution post-COVID viendra à la suite de cinq ans de déclin pendant lesquels l’IDE dans l’agriculture a chuté de 28 pour cent par rapport aux cinq années précédentes. Elle suivra également une période de trois ans pendant laquelle le nombre de personnes affectées par la faim a augmenté chaque année. Le Programme alimentaire mondial prédit que 265 millions de personnes pourraient être poussées au bord de la famine d’ici à la fin de l’année 2020, contre 130 millions avant la pandémie.

Même avant que le COVID-19 ait frappé, les systèmes agricoles et alimentaires avaient désespérément besoin d’investissements publics et privés meilleurs et plus nombreux afin de créer des opportunités de croissance et de réduction de la pauvreté, contribuer à réaliser les objectifs en matière de sécurité alimentaire et de nutrition, créer des emplois décents et gérer de manière responsable les terres, l’eau et d’autres ressources naturelles.

Une chute spectaculaire de l’IDE pourrait empirer la situation et conduire à une course vers le bas à mesure que les pays à revenu faible et intermédiaire rivalisent pour obtenir des montants décroissants d’IDE dans l’agriculture. Une telle course vers le bas pourrait voir s’évaporer les progrès récents tendant à promouvoir une meilleure gouvernance des terres (au moyen des Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers) et un investissement agricole plus responsable (par le biais des Principes du Comité de la Sécurité Alimentaire Mondiale pour un investissement responsable dans l’agriculture et les systèmes alimentaires). Les montants d’IDE pourraient être valorisés au détriment de la qualité, les droits des titulaires légitimes de droits fonciers pourraient être affaiblis, les gains en matière d’autonomisation des femmes pourraient être anéantis et les protections sociales et environnementales pourraient être démantelées.

Après cinq ans pendant lesquels les montants d’IDE versés aux pays en développement se sont réduits, la prévision d’une diminution supplémentaire de 40 pour cent pour les années 2020–2021 doit être considérée comme un signal d’alarme exigeant un réexamen des stratégies de développement menées grâce aux investissements étrangers, que ce soit pour l’agriculture ou pour d’autres secteurs. Cette situation indique clairement qu’il faut trouver des moyens plus diversifiés, plus équitables et plus innovants d’obtenir des investissements bien nécessaires pour les systèmes agricoles et alimentaires. Au lieu d’entrer en compétition les uns avec les autres, en demandant l’aumône sous la forme d’une part du gâteau rétrécissant de l’IDE, les gouvernements doivent maintenant rechercher des sources d’investissement agricole afin de réaliser leurs objectifs en matière de développement durable.

Voici cinq questions clés qui peuvent contribuer à tracer cette nouvelle voie :

  1. Au-delà de l’IDE, quels sont les autres moyens permettant d’attirer les capitaux et les innovations nécessaires aux systèmes agricoles et alimentaires ? Comment faire pour que l’investissement public, l’investissement privé intérieur (y compris les investissements effectués par les petits exploitants en faveur de leurs propres fermes, par les petites et moyennes entreprises [PME] ou par d’autres acteurs de la chaîne de valeur), le réinvestissement provenant d’investisseurs étrangers existants (y compris ceux originaires de pays voisins) et l’aide extérieure au développement fassent partie d’une stratégie visant à amener des capitaux essentiels et des investissements responsables dans les zones rurales ?
  2. Quels types de modèles économiques permettent de procurer une croissance économique plus inclusive, plus équitable et plus durable ? Comment les politiques peuvent-elles fonctionner pour réunir différents acteurs du système alimentaire dans l’optique de susciter un changement transformatif ? Les gouvernements devraient encourager le recours aux modèles économiques qui renforcent l’intégration des acteurs locaux, nationaux et régionaux et qui contribuent à diversifier les systèmes de production, de distribution et de consommation afin d’élargir les marchés et les opportunités.
  3. Comment les gouvernements peuvent-ils être plus sélectifs quant aux investisseurs étrangers accueillis ? Au minimum, les gouvernements devraient veiller à développer et à consolider les mesures de sélection portant sur l’IDE. Bien que le paysage du COVID-19 ait pu mettre à l’épreuve les ressources gouvernementales, les pays doivent s’assurer que chaque investissement contribue à la résilience économique du pays et à ses objectifs en matière de développement. Il est essentiel à la fois d'effectuer des vérifications des antécédents et de diligence raisonnable vis-à-vis des investisseurs pour s'assurer qu'ils possèdent l'expertise et l'expérience qu'ils prétendent avoir et d’exiger que les investisseurs soumettent des plans d'affaires et des études de faisabilité solides. Le fait de veiller à ce que des garanties adéquates soient en place pour empêcher les investisseurs étrangers de profiter d’actifs dévalorisés qui sont essentiels à la sécurité alimentaire est une autre composante fondamentale de la sélection dans le paradigme actuel.
  4. Comment les gouvernements peuvent-ils aller au-delà d’accords négociés en secret avec des investisseurs étrangers ? Les retombées de « l'accaparement des terres » observé à travers le monde depuis la crise des prix des denrées alimentaires de 2008–2009 ont montré que les contrats mal rédigés et les processus secrets débouchent généralement sur l'échec des projets, tant du point de vue commercial que social. Plus que jamais, les contrats conclus avec les investisseurs ne devraient pas être utilisés pour contourner les lois locales portant sur le droit du travail, sur l’environnement, sur la gouvernance des terres ou sur d’autres questions clés, mais plutôt pour combler les lacunes lorsque ces protections sont sous-développées. Lors de la conclusion de ces contrats, les gouvernements devraient se charger de la rédaction en se servant de leur propre contrat comme base de négociation. Les contrats types préalablement approuvés par des avocats locaux et élaborés dans le cadre d’une approche intergouvernementale peuvent également s’avérer utiles.
  5. Comment les gouvernements peuvent-ils élaborer des régimes fiscaux et incitatifs qui génèrent des revenus décents et encouragent les investissements qui contribuent aux priorités, plans et stratégies nationaux ? Les incitations à l'investissement devraient être prévues par la loi et non par le contrat. Les incitations fiscales, en particulier, devraient être examinées très attentivement car elles ne servent généralement qu'à éroder la base de recettes — bien que les investisseurs insistent pour en bénéficier, ils ne prennent pas leurs décisions d'investissement en se fondant sur les exonérations d’impôt ni sur les taux d'imposition préférentiels.

Courir après des montants décroissants d’IDE en abaissant les normes et en maximisant les incitations fiscales ne produira pas d’avantages en matière de développement. De nouvelles sources d’investissement qui œuvrent en faveur des critères d'un développement rural inclusif, équitable et durable s’imposent de toute urgence à la place des stratégies d'il y a 20 ans. Aujourd’hui plus que jamais, il est urgent de préserver les progrès récents et de continuer à renforcer les cadres juridiques et politiques visant à promouvoir les investissements responsables, durables et résilients en faveur des systèmes agricoles et alimentaires.