The Knowledge to Act
More

Library

Share This

Learning from Experience: How an African parliamentarians' network is looking to mainstream gender considerations into agriculture

**français ci-dessous**

We often see high-level, headline figures about gender in agriculture, such as how women make up approximately half of the agricultural labour force in sub-Saharan Africa. Yet challenges to women’s participation in agricultural production and economic opportunities are often deeply nuanced and specific to their regional, national and local contexts.

Wednesday, July 17 wrapped up the first part of a learning exchange visit in Kigali, Rwanda, devoted to forging connections between African lawmakers, civil society organizations and international agencies to examine gender-sensitive policy implementation in agriculture. The week in Kigali has two main objectives. The first is to establish a common basis of understanding around key aspects of gender and its integration into policy. The second is to create a platform for discussion of the policy variations in practice and how different countries can adapt them according to their needs and circumstances.

Ongoing discussion at ECOWAS

“This learning exchange and high-level dialogue is an opportunity for all of us to discuss these critical issues and propose strategies to mainstream gender in agriculture and food security, based on experiences and expertise,” said the Right Honorable Donatille Mukabalisa, Speaker of the Chamber of Deputies in Rwanda, during the opening session of this week’s meetings.

The event is part of the Economic Community of West African States (ECOWAS) Network of Parliamentarians on Gender Equality and Investment in Agriculture and Food Security, launched in December 2018 by the ECOWAS Parliament in Abuja, Nigeria. The network was started with the support of IISD, the Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO) and Oxfam.

Using a “Gender Lens”

“Any time you sit in parliament, any time you sit in any committee, any time you do anything, you must put on your gender lens,” said Milton Kamwendo, one of the moderators for this week’s learning exchange.

This week’s learning exchange brought together members from national and regional legislatures from around the continent, including members of the Rwandan and ECOWAS parliaments and the East African Legislative Assembly. High on the agenda was how to address gender in the agriculture sector—in setting national strategies, in trying to meet continental objectives set under the African Union, and in integrating the targets and indicators of Sustainable Development Goal 5 on gender equality. We heard that countries face different challenges in both meeting and monitoring their achievement of these objectives.

Sharing the experiences of Rwanda, as the event host, was a core component of the exchange. Agriculture makes up approximately one third of Rwanda’s GDP, and the country has made efforts at the national and sector levels to mainstream gender into its highest priority policies. One example has been the work to integrate gender-responsive planning and reporting into the country’s budget, according to the Honorable Euthalie Nyirabega, a Rwandan Member of Parliament (MP). However, she noted that changing cultural norms remains difficult, along with financial inclusion and limited levels of gender-disaggregated data.

Land Law Reform, Literacy and Societal Dynamics

A recurring theme during the learning exchange was the importance of addressing low literacy levels, particularly for rural women. This has a range of implications for women, from signing contracts that affect their working conditions and the benefits they receive from agricultural production, to their understanding and awareness of laws and frameworks involving land ownership and access.

Most African countries are currently reforming their land laws, but any successful legal reform depends greatly on the readiness for change, not only from government and traditional customary and religious authorities but also from the beneficiaries—rural men and women. Therefore, enhancing dialogue, raising better awareness and ensuring civil society engagement can play a transformative role in moving toward gender equity on land issues.

Value Chains and Cross-Border Trade

Ensuring women can effectively participate in value chains and cross-border trade was another recurring theme this week. Public agencies, civil society and other stakeholders can play a significant role in making sure that women do not lose out on potential economic opportunities and benefits as a result of existing value chain structures.

Participants at ECOWAS event

Juliana Kantengwa, a former Rwandan MP of two decades, told participants this week of one example she witnessed during a visit to the country’s national border with the Democratic Republic of Congo (DRC). Women engaging in cross-border trade in food supplies would often have to leave their children at the border for hours in order to cross into the DRC and conduct their business. “Next time she’d have to choose between that heavy heart of leaving her child or not going to trade,” she said. The construction of a centre at that border, supported with government funds, has been one way of ensuring that female traders are not faced with that choice. This was one of several examples raised of actions that governments can take to make sure that women are not prevented from engaging in higher value-addition parts of the chain that could yield greater economic benefit.

*This blog is part of a series devoted to the ECOWAS network meetings, with further installments coming up on the high-level policy dialogue and field visits that form part of the event.

Comment intégrer les considérations de genre dans l'agriculture ? Un réseau de parlementaires africains cherche à tirer des leçons par le biais d’un partage d’expérience entre pays.

Les femmes représentent environ la moitié de la main-d'œuvre agricole en Afrique subsaharienne. Pourtant, les obstacles criants à la participation des femmes à la production agricole et aux possibilités économiques sont souvent très nuancés et spécifiques à leur contexte régional, national et local sont criantes.

Le mercredi 17 juillet à Kigali, au Rwanda s’est conclu la première partie d'une visite de partage d’expérience consacrée à renforcer les liens de coopération entre les législateurs africains, les organisations de la société civile et les agences internationale. La réunion avait pour but d’examiner la mise en œuvre de politiques agricoles sensibles au genre et poursuivait deux objectifs principaux. Le premier objectif visait à établir une base de compréhension commune des aspects clés du genre et de son intégration dans les politiques. Le second était de provoquer une plate-forme de discussion sur la variété de pratiques et de politiques et de considérer la manière dont les différents pays peuvent les adapter en fonction de leurs besoins et de leur situation.

« Cet échange d'apprentissage et ce dialogue de haut niveau sont pour nous tous l'occasion de discuter de ces questions cruciales et de proposer des stratégies pour intégrer le genre dans l'agriculture et la sécurité alimentaire sur la base de nos expériences et de notre expertise, » a déclaré la très honorable Donatille Mukabalisa, Présidente de la Chambre des députés au Rwanda, lors de la séance inaugurale.

L'événement est né d’une initiative du Réseau de parlementaires de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) sur l'égalité des genres, les investissements en agriculture et la sécurité alimentaire lancé en décembre 2018 par le Parlement de la CEDEAO à Abuja au Nigéria. Le réseau reçoit l'appui de l'IISD, de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et d'Oxfam.

Adopter une "perspective genre"

« Chaque fois que vous siégez au Parlement, chaque fois que vous siégez à un comité, chaque fois que vous faites quoi que ce soit, vous devez mettre vos "lunettes genre,"  » a déclaré Milton Kamwendo, l'un des modérateurs de la visite de partage.

L'échange d'apprentissage a réuni les membres des parlements nationaux et régionaux du continent. Étaient présents les membres des parlements du Rwanda et de la CEDEAO et de l'Assemblée législative de l'Afrique de l'Est (EALA). Les discussions ont porté sur l’intégration des problématiques de l'égalité des genres dans le secteur agricole lors de l’élaboration de stratégies nationales dans le but d'atteindre des objectifs continentaux fixés par l'Union africaine (UA) et la prise en compte des cibles et des indicateurs du cinquième objectif de développement durable en matière d'égalité des sexes. Les pays font face à des défis différents en ce qui concerne la réalisation de ces objectifs et leur suivi .

Le partage des expériences du Rwanda,  pays hôte de l'événement, a été un élément central de cette rencontre. L'agriculture représente environ un tiers du PIB du Rwanda et le pays a fait des efforts aux niveaux national et sectoriel pour intégrer le genre dans ses politiques prioritaires. Selon l'honorable Euthalie Nyirabega, députée rwandaise, l'intégration d'une planification et de rapports sensibles au genre dans le budget du pays est un exemple de ce travail. Toutefois, elle a noté que des résistances liées aux normes culturelles, de même que l'inclusion financière et les niveaux limités de données désagrégées par sexe demeurent des enjeux.

Réforme du droit foncier, alphabétisation et dynamique sociétale

Au cours du partage d’expérience, le faible niveau d'alphabétisation, en particulier chez les femmes ren milieu urales, a été un thème récurrent. L’analphabétisme parmi les femmes en milieu rural comprend plusieurs aspects, dont l’incompréhension des contrats qu’elles signent, les conditions de travail et les avantages qu'elles tirent de la production agricole et un bas niveau de sensibilisation au sujet des lois et des politiques relatifs à la propriété et à l'accès au foncier.

Participants listening to speaker at ECOWAS

La plupart des pays africains sont en train de réformer les lois liées au foncièr, mais le succès d'une réforme juridique dépend en grande partie de la volonté de changement, non seulement de la part du gouvernement et des autorités coutumières et religieuses traditionnelles, mais aussi des bénéficiaires, c'est-à-dire les hommes et les femmes qui habitent en zones rurales. Par conséquent, le renforcement du dialogue, la sensibilisation et l'engagement de la société civile peuvent jouer un rôle transformateur dans la réalisation de l’égalité des genres en ce qui a trait aux questions foncières.

Chaînes de valeur et commerce transfrontalier

Un autre thème récurrent cette semaine a été de veiller à ce que les femmes puissent participer efficacement aux chaînes de valeur et au commerce transfrontalier. Les organismes publics, la société civile et les autres parties prenantes peuvent jouer un rôle important en veillant à ce que les femmes ne perdent pas des opportunités et des avantages économiques potentiels du fait des structures existantes de la chaîne de valeur.

Juliana Kantengwa, qui a été députée rwandaise pendant deux décennies, a partagé avec les participants un exemple dont elle a été témoin lors d'une visite à la frontière nationale du pays avec la République démocratique du Congo (RDC). Les femmes qui se livrent au commerce transfrontalier de denrées alimentaires doivent souvent laisser leurs enfants seuls pendant des heures lorsqu’elles traversent la frontière pour vendre leurs denrées alimentaires . « La prochaine fois, elle devra faire un choix : laisser le cœur lourd son enfant ou ne pas travailler, » dit-elle.

La construction d'un centre pour enfants à la frontière, soutenu par des fonds publics, a été un moyen de faire en sorte que les commerçantes ne soient pas confrontées à ce choix. Il s'agit là d'un des nombreux exemples d'actions que les gouvernements peuvent prendre pour s'assurer que les femmes ne soient pas empêchées de s'engager dans des maillons de la chaîne à plus forte valeur ajoutée qui pourraient générer de plus grands avantages économiques.

*Ce blog fait partie d'une série consacrée aux réunions du réseau de la CEDEAO. D'autres versements suivront sur le dialogue politique de haut niveau et les visites de terrain qui font partie de l'événement.